L'imaginaire au coeur du plaisir de l'expérience touristique du visiteur..

L'art de raconter des histoires, directement ou suggérées, est un formidable moteur de plaisir pour celui qui visite et découvre. Cet art de faire vivre un lieu, par l'émotion qu'il procure est aujourd'hui peu enseigné, peu reconnu, et souvent laissé aux seules visites théâtralisées. N'est-il pas temps de former nos médiateurs à cet art qui mobilise si fort l'imaginaire de nos visiteurs ?

Il est 15h dans le cloitre roman de l’Abbaye de Fontebride. Un groupe de 15 personnes est assis là, adossé aux murs chaud en pierre du Gard… Une voix résonne dans le silence du cloître. Elle décrit le froissement des aubes, les pieds nus dans les sandales, l’éternuement d’un frère et le gloussement d’un novice. Quarante deux hommes s’échappent de l’office des vêpres, le soleil perce encore dans l’angle nord et un parfum de potimarron chaud s’échappe sous les arcades…Une clé tinte, un loquet de métal claque… Les visiteurs de ce soir sont ailleurs… Dans une expérience douce et hypnotique de la visite racontée de l’abbaye…Chacun vit un voyage, nourrit des émotions que leur imaginaire diffuse comme un parfum dans leur cerveau, émotions justes éveillées par les mots de la voix… Ce n’est pas le guide qui donne du plaisir, mais l’imaginaire de chacun qui est le carburant du plaisir…

Voilà un exemple de l’outil formidable qu’est l’histoire, la légende dans un temps de découverte, un activateur d’imaginaire au service d’un éveil fort du visiteur, qui deviendra dialoguant, questionnant, ému de son plaisir.

Découverte touristique et “racontage“ filent justes noces depuis fort longtemps.

Combien de rêveurs, après la lecture du roman Premier de cordée, de Roger Frison-Roche, sont descendus à sa suite sur le quai de la gare de Chamonix, l’imaginaire en alerte et le sac rempli de cordes et de topoguides ?

C’est parce que l’homme a besoin d’écouter des histoires que les destinations touristiques ont des clients !

Aujourd’hui, l’art de raconter des histoires, pour mieux faire vivre des expériences réelles, permet de magnifier un lieu en créant des valeurs particulièrement positives. Depuis la nuit des temps, en effet, les histoires que l’on raconte sont douces à l’humanité et à nos sensibilités griffées. Étonnant pouvoir de ces histoires sur nos personnes, à l’heure où l’on veut nous faire croire que seule la rationalité et le marché font œuvre de croissance.

Devant les immensités de la mer de glace ou de la pointe du Raz, le public vibre à la beauté, bien sûr, mais surtout il goûte, par son imaginaire, aux univers aventureux des marins ou des alpinistes, à ces vies qu’il ne pourra jamais mener, et dont le rêve se trouve réactivé par ces espaces. Il est donc possible, pour le médiateur d’un site d’enrichir cette sensation par des histoires qui marquent les esprits, donnent du bonheur sur l’instant et deviennent avec le temps des marqueurs de fidélité à ces lieux.

Dans ce contexte, les musées, les villages, les sites scientifiques, réfléchissent à saisir ce rôle passionnant de raconteur d’un autre espace temps pour mobiliser l’attention, toucher les âmes les plus sensibles...

Si les parcs à thèmes créent des décors conformes aux histoires existantes de leur univers, les musées et les patrimoines, peuvent inventer les légendes qui se cachent dans les émotions qui suintent d’un lieu… Un couvent, une ruine, un cabinet de curiosité, par leurs ambiances, leur décor proposent parfois des émotions particulières propices à des voyages imaginaires, pour peu que les médiateurs aient proposé un univers créé dans l’esprit des lieux.

D’autres sites ont une histoire officielle, qu’il est intéressant de romancer et de scénariser pour toucher l’émotion du public et mieux faire saisir la véritable histoire.

Créer des histoires est donc une belle piste pour inventer de nouveaux plaisirs de visites : visites contées, racontage d’objet, contemplation imaginaire d’un lieu dans son époque.

Une formation à Toulouse les 1er et 2 février 2018

Bruno Tamaillon, créateur d’expériences touristiques tout au long de sa carrière, a écrit de nombreuses histoires inventées dans “l’esprit des lieux“, et utilisées pour “embarquer“ le public dans une expérience touristique.

C’est cette expérience que vous pouvez travailler lors des deux jours de formation les 1er et 2 Février à Toulouse au Couvent des Jacobins à Toulouse : Formation Inventer des légendes ou un monde imaginaire pour de nouvelles visites pédagogiques, patrimoniales ou culturelles.

Et il reste des places !

Découvrez le programme...