Créer des gravures rupestres, un outil au pouvoir étonnant...

Une gravure, une griffure, un graffiti dans la pierre, demeurent un vecteur puissant de “départ“ en imaginaire pour nombre de personnes. Ces gravures sont partout dans les histoires de nos enfances, signes de vies antérieures ou de présences cachées... Bruno Tamaillon nous explique pourquoi ces signes peuvent soutenir avec succès un conte en balade, une visite-aventure en pleine nature...

Un enfant de moins de 8 ans croit aux histoires pour peu que le décor dans lequel il se trouve (grandes pages d'un livre de contes, ambiances sauvages en pleine nature, visage expressif du conteur) soit en cohérence avec l'histoire qui lui est contée.
Et les plus grands adorent y croire encore.
De plus, l'adjonction de ces deux éléments histoire + décor, va créer une motivation formidable à aller au bout de l'histoire, de l'aventure, de la balade...

Il y a tout d'abord l'histoire créée avec le ressenti inhérent au lieu, l'ambiance qui se dégage du lieu et qui évoque un imaginaire possible.  Cette ambiance, ces ressentis, tous les visiteurs les auront. Il s'agit alors de choisir un univers imaginaire crédible, associable a ces ambiences...
Au bord du lac de la Vouraie, c'est clairement, une ambiance silencieuse de bout du monde qui est là, un peu de Nouvelle-Zélande dans une forêt dense avec des arbres très enracinés. Puis l'eau omniprésente et les oiseaux qui se cachent...  Est donc venue cette histoire d'une petite fille qui se nomme Amanéa...

Illustration ©tams-hugo tartaix Illustration ©tams-hugo tartaix

“Depuis 13 ans maintenant, que nous créons des aventures en familles, ces visites où l'exploration est le moteur, explique Bruno TAMAILLON directeur de TAMS, il nous a semblé très intéressant d'aller plus loin que l'histoire bien illustrée, pour impliquer encore plus fort l'imaginaire du visiteur, par des gravures, bien au dela du support livret ou panneau où il découvre une histoire imaginaire, qui a pu se dérouler ici.“

Ces gravures doivent bien sur être mises en place avec intelligence, selon la durée de vie du projet, il n'est pas question de polluer durablement un espace naturel par des marques indélébiles dans la pierre, mais dans la mesure où il s'agit de “griffures“, elles disparaitront naturellement dans 10 à 15 ans...
Le choix du bois est aussi possible pour des projets à courts termes et l'effet est lui aussi intéressant selon l'histoire parcourue.

“Dans un espace autorisé, pour un projet qui fait sens, la création d'oeuvres gravées dans la pierre apporte une force incroyable à une histoire, continue Bruno TAMAILLON, nous avons ainsi proposé à la Communauté de communes du Pays de Chantonnay de soutenir l'imaginaire du sentier d'Amanéa par des gravures tout au long du sentier. Adultes ou enfants, nous sommes tous sensibles à ces marques qui évoquent pour chacun des univers différents.“

Les symboles et grafiti sont créés et gravés sur bois et pierres tendres par Bruno Tamaillon, Les sculptures et gravures sur pierre qui requiert un geste plus expérimenté sont réalisés par Frédéric Marcos, graveur de métier en Isère.
Les pierres installées en nature sont bien évidemment originaires du site ou similaires.

L'entrée en nature est une balade en imaginaire, une poésie, un temps suspendu, comme un cadeau...

Bruno TAMAILLON - Octobre 2020

images ©tams - Sentier d'Amanéa en Vendée - St Romain de Roche en Jura - Créations 2020